Le stress et la couture – 2ème partie

Dans la première partie de cet article, on évoquait le stress que peut causer la couture. Aujourd’hui, on va parler du stress qu’évite la couture, l’autre versant de la chose quoi;)

Pendant les vacances, vous avez réussi à éloigner et tenir à l’écart le stress de votre vie quotidienne, de votre rythme de folie entre boulot, famille et activités diverses à gérer. Au retour, vous vous dites que vous voulez prolonger cet état d’esprit le plus longtemps possible parce que ça vous fait vraiment du bien et que cette année, non, c’est décidé, vous ne replongerez pas dans le chaos.

Une semaine, deux semaines passent et petit à petit, les habitudes reviennent et vous vous rendez compte (ou pas) que vous retombez dans les affres de votre vie surbookée.

Que faire pour y remédier ?

Vous octroyer du temps. Pour vous.

A ce moment précis, je vous entends d’ici : du temps ? Elle est bien bonne, celle-là !! J’en manque déjà, je cours partout. Où est-ce que je pourrais bien trouver du temps pour moi ? (voir l’article sur le temps au passage).

Ce qu’il faut comprendre, c’est que chaque jour, on nous octroie 24 heures qui ne sont pas extensibles. Que dans ces 24 h, on a besoin de dormir un certain nombre, indispensable, de travailler pour faire bouillir la marmite, de s’occuper de notre entourage, ok.

Savez-vous ce que j’ai appris en m’occupant des autres à titre pro ? C’est qu’on ne peut être pleinement efficace, disponible et ressentir un vrai bien-être que si on commence par s’occuper de soi.

Vous avez déjà pris l’avion ? Vous avez suivi les consignes de sécurité ? Si vous êtes accompagné(e) d’une personne fragile, d’un enfant, etc, quand les masques à oxygène tombent, vous devez mettre VOTRE masque en premier et ensuite seulement mettre celui de la personne sur laquelle vous veillez. Ca semble fou, non ? Et pourtant, c’est bien ça. Car si vous tombez dans les pommes avant d’avoir eu le temps de dire ouf, il n’y aura plus personne pour s’occuper de votre protégé, tout simplement…

Travailler dans le secteur social avec des personnes fragilisées m’a aussi permis de me rendre compte d’une chose : on est beaucoup moins disponible, accessible, sympa et efficace quand on ne prend pas le temps de s’occuper de soi. On se sent fatigué(e), usé(e) et à la fin à bout de nerfs, on ne supporte plus rien. Le moindre truc nous fait partir en vrille. C’est valable dans le cadre professionnel, ça l’est tout autant à la maison. On veut toujours faire les choses du mieux possible et un jour, on craque, juste on n’en peut plus.

N’avez-vous jamais vu cette mère de famille hurler sur son bambin en faisant les courses parce qu’il courait partout ? Ne vous êtes-vous jamais retrouvé(e) à pleurer d’épuisement parce que vous ne savez plus où donner de la tête, que vous avez l’impression de tout donner et que ça n’est encore pas assez ?

C’est normal, oui, c’est normal, parce que vous vous faites passer en dernier. Parce que si vous remplissez sans cesse le réservoir des autres avec votre énergie et que personne ne s’occupe de remplir le vôtre, inévitablement, vous craquez.

Le burn-out, terme très à la mode dans notre société occidentale, situation de plus en plus courante… Je suis passée par là. Deux ans pour m’en remettre physiquement et psychologiquement. Et je peux vous dire une chose : toutes les techniques de relaxation, yoga, méditation, etc, testées n’y faisaient rien. Car ce qui compte, c’est de s’octroyer réellement la priorité à soi. Ca ne veut pas dire être égoïste, non.

Mieux on s’occupe de soi, mieux on pourra s’occuper des autres

Je m’explique : plus on passe de temps et d’énergie à remplir son propre réservoir de bien-être, moins on l’attend des autres, ce qui fait déjà de nous une personne plus agréable à vivre qu’une personne en attente constante d’attention (oui, on arrête de se voiler la face…).

Plus on remplit son propre réservoir d’énergie et d’inspiration, plus on est apte à en redonner une partie, de la bonne manière, c’est-à-dire sans rien attendre en retour, sans aucune pression. On peut donner naturellement parce qu’on a déjà suffisamment pour vivre, nous.

C’est beaucoup plus sain, pour tout le monde.

En quoi la couture peut vous aider ?

Tout simplement parce qu’utilisée dans le bon sens (c’est-à-dire pas au sens « corvée »…), la couture est un loisir qui peut réellement vous aider à prendre soin de vous et à éloigner le stress.

D’abord parce que vous vous octroyez du temps, pour vous, un peu en retrait du monde, vous êtes un peu comme dans une bulle, protégé(e), dans un endroit serein.

Ensuite parce que vous stimulez deux de vos sens :

– la vue des tissus colorés, des motifs, des ouvrages qui vous font baver d’envie

– le toucher des matières des plus soyeuses au plus douces, au velouté qui vous donnent l’impression d’être dans un cocon

Vous stimulez aussi votre créativité, un excellent moyen d’exprimer tout ce que vous avez en vous. Car tout ne passe pas par des mots, finalement, les musiciens le savent très bien, les danseurs, les acteurs, les sportifs, celles et ceux qui ont un métier manuel, physique, l’expression ne se résume pas au seul domaine verbal. Permettre au corps de s’exprimer, ça fait un bien fou !!

Coudre, c’est aussi le moyen de vous créer tout un univers, de la déco de votre environnement à votre garde-robe et vos accessoires. C’est valoriser non seulement vos capacités, mais aussi votre personne en tant que telle, de vous sentir bien, en harmonie avec votre corps.

Coudre demande de la concentration, plus ou moins prononcée selon les ouvrages, mais quoi qu’il en soit, un point d’attention bien précis sur lequel vous focalisez et qui fait que vous oubliez tout le reste. Vous voulez que je vous dise ? La meilleure méditation, pour moi, c’est celle-là. Pas celle où je tente de me vider la tête (peine perdue, trop d’idées, lol!), mais celle où je me concentre sur ce que je suis en train de faire en ce moment, pas sur ce qui a existé hier et n’est plus ou sur ce qui risque d’arriver demain. Maintenant. Ce que je suis en train de fabriquer de mes mains.

Alors quand en plus, on allie le fait de se faire plaisir tout en faisant plaisir à ceux qu’on aime, là, je trouve que c’est juste le top…

Alors c’est décidé ? Cette année, vous allez penser à vous ?

Parfait ! C’est le bon moment, restez à l’écoute, une promo exceptionnelle de rentrée sur les cours en ligne est dans les tuyaux :).


7 réflexions sur “Le stress et la couture – 2ème partie

  1. Coucou,
    J’ai déjà adopté ton 1er post sur ce sujet.
    Bien pratique, mais il est vrai que les enfants grandissent donc c’est plus simple .
    🧘‍♀️🙏🧵

    J'aime

  2. Merci Cécile pour ces beaux articles de fond : je suis tout à fait d’accord. J’ai décidé cette année, depuis janvier, de consacrer une après-midi par semaine à la couture et j’ai énormément cousu et progressé. et cette bulle de bien-être m’est indispensable. Je sélectionne un podcast intéressant à écouter et Whaooo ! Mes mains sont occupées, je couds, j’écoute, je suis dans le flow… je suis dans l’instant.
    Je ne commente pas à chaque fois, mais merci pour ces articles et ces vidéos toujours sincères, enthousiastes et inspirantes. On en a bien besoin !

    J'aime

Répondre à Carole Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.