Les bienfaits de la création

Créer, c’est une chose qu’on sait faire quand on est tout petit, on se plaît à rêver, à imaginer, on construit des mondes entiers en cubes, en pâte à modeler, on revisite l’univers sous un autre jour avec nos jouets, nos crayons de couleur, bref, c’est inné.

Les premiers soucis commencent le jour où on nous « apprend » à colorier dans des dessins déjà prêts, attention ! Il ne faut pas dépasser sinon ça ne sera pas beau.

Puis on nous apprend l’écriture et là, curieusement, on nous demande d’arrêter de dessiner pour tracer des lettres, finie la couleur, on écrit en bleu ou en noir. Surtout pas en rouge, c’est réservé à la maîtresse. Et le vert, c’est seulement pour corriger. Attention, ne fais pas de ratures !! Rédige tes brouillons au crayon de papier (ou crayon à papier, crayon gris, suivant les régions, ses noms différents m’amusent toujours 😉 ), comme ça tu pourras gommer et ton cahier ou tes feuilles resteront propres parce que c’est important que tout soit toujours bien net et sans bavure, sans rature.

Wow…

Plus tard, on recevra des cours de dessin. Au collège. On apprendra la perspective, des règles bien précises à respecter. On apprendra à dessiner une pomme, ahhhh, la pomme… Ah mais si, ça existe toujours !! Mon fiston y a eu droit, un sacré devoir que celui-là où il a reçu la plus grosse tôle de sa vie. Pourquoi ? Le sujet s’intitulait « Dessine une pomme comme tu l’imagines ». Au cas où les élèves auraient oublié à quoi ressemblait une pomme, la prof avait jugé bon de poser une pomme sur son bureau… Bon. Voilà mon grand parti à imaginer SA pomme à lui : sur sa feuille, un fond vert avec des points noirs et dessus, une échelle avec des bons hommes grimpant partout, à la manière d’alpinistes en cordées. Ah il a de l’idée, mon fils ! Sauf que la prof, elle, a priori, n’en avait plus beaucoup, de l’idée, et au lieu de lui demander ce qu’il avait voulu représenter parce qu’elle n’avait pas compris (une pomme géante, madame…), elle lui a asséné un « oui, bon ben toi, comme d’habitude, tu n’as rien compris, tu vis vraiment dans un autre monde ! ».

Wow…

Quand j’ai appris ça, quelques semaines plus tard et que j’ai voulu la rencontrer, mon fils m’a répondu, du haut de ses 13 ans : « Laisse tomber, maman, c’est pas grave, j’ai l’habitude, je m’en fous, lui parler ne servirait à rien parce qu’elle a raison, on ne vit pas dans le même monde et franchement, je trouve le sien bien triste, je préfère largement rester dans le mien… »

C’est quoi, la créativité, pour moi ?

C’est savoir se servir d’un crayon, d’un outil, avoir une technique minimale et puis… Laisser courir son imagination, s’autoriser le droit au rêve, à faire des choses qui n’existent pas, qui ne respectent aucune règle, si ce n’est celles qu’on veut bien se fixer, nous.

C’est laisser s’exprimer avec et surtout sans mots ce qu’on ressent à l’intérieur, ce qui nous fait envie, ce qui nous pousse, comme une espèce de petit moteur à bonheur :).

Et finalement, eh bien c’est être libre, quoi. N’être bloqué ni par une technique trop exigeante demandant trop de concentration et donc moins de disponibilité pour l’imaginaire, ni par un cadre trop restrictif : on peut se donner une ou deux consignes simples et ouvertes. « Dessine une pomme comme tu l’imagines », mais il était génial, ce sujet !! Tellement ouvert ! Ceux qui ont reçu une bonne note sont ceux qui ont dessiné (recopié, je dirais) la pomme qui était sur le bureau. Pourquoi « comme tu l’imagines », alors ? Il suffisait de dire : « dessine la pomme qui est posée sur le bureau ».

J’ai toujours pas compris.

Manifestement, moi non plus je ne vis pas sur la même planète… Mais il a raison, mon fils, c’est pas grave :).


6 réflexions sur “Les bienfaits de la création

  1. y’a pas de mal à être un indien dans la ville, chacun sa route, chacun son chemin…Nos différences font aussi notre image de marque et bien souvent une force dans la vie même s’il faut parfois se battre plus que ceux qui se fondent dans la masse. Bravo à ton fils d’assumer sa propre créativité et surtout qu’il la cultive avec soin mais avec une maman comme toi, je ne me fais pas de souci 😉 On m’a souvent dit quand j’étais petite « mais pourquoi tu n’es pas comme tout le monde ? », j’ai pourtant continué ainsi, ça n’a pas été facile mais je ne regrette rien. Comme dit mon conjoint quand il me trouve un peu haut perchée avec mes idées « tu es en communication avec tes frères extra-terrestres ? »…eh bien oui, vous voyez, vous n’êtes pas tout seuls sur votre planète 🙂 Bonne journée Cécile !

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.