Vendre ses créations textiles

Parmi les expériences professionnelles que j’ai vécues au cours de ma vie (et ce n’est pas fini, hi hi), il en est une qui m’a beaucoup fait apprendre et voir le monde d’un autre oeil.

Dans ma famille, pas d’artisan, personne n’était à son compte, tous salariés, les statistiques disaient que je partais du mauvais pied car je n’avais aucune idée de ce qui m’attendait. C’était sans compter sur ma « teigneuse attitude », comme j’aime à l’appeler, entendez par là un caractère particulièrement tenace qui met tout en oeuvre pour atteindre les objectifs qu’il s’est fixé :).

Bref, voilà, après 15 ans de bons et loyaux services, engagée dans la Marine Nationale (ah ben oui, je vous avais prévenu que j’avais vécu plusieurs vies professionnelles…), je me suis lancée à mon compte, j’ai osé !

J’avais fait des tas de recherches ici et là, ne connaissant personne à qui demander conseil. J’ai fait la formation d’une semaine pour la création d’entreprise à la chambre des métiers et c’était parti mon kiki ! Alors motivée, je l’étais à 200 %, pour ne pas dire 2000, ce qui serait sans doute plus proche de la réalité, tellement il était hors de question que je revienne un jour au salariat. J’ai commencé mon activité artisanale avec ma marque Fleur de Lune le 1er septembre 2005.

Déjà rien que le dépôt de la marque n’a pas été une mince affaire, avant même de commencer, « on » me mettait des bâtons dans les roues. Par « on », j’entends une grosse boîte propriétaire d’une marque Fleur de … (quelque chose n’ayant rien à voir avec la lune mais qui aurait aimé s’attribuer tous les Fleur de … de la terre, surtout la Lune à laquelle elle n’avait pas pensé !). Bref, après maintes péripéties administratives et argumentations, j’ai réussi à obtenir gain de cause auprès de l’INPI et pu lancer mon affaire.

Le ton était donné pour toute la durée de l’aventure, les choses finiraient toujours par se faire, mais pas simplement, pas facilement, ça non.

Non, parce que j’ai tout appris, de A à Z.

Non, parce que je n’ai bénéficié de l’expérience de personne.

Non, parce que j’ai tâtonné, je me suis trompée, j’ai perdu du temps, avant de trouver la bonne voie, celle qui fonctionnait finalement. Heureusement…

Avant de mettre un terme à cette expérience, j’ai voulu transmettre le flambeau, j’ai voulu que tous ces efforts n’aient pas été faits en vain. J’ai engagé une apprentie et lui ai tout expliqué de l’entreprise, de la manière de faire, de s’organiser, de gérer, de penser, même. Parce que oui, l’état d’esprit est important.

Elle a créé son entreprise à son tour, reprenant ma clientèle, le site internet, tout ou presque. Devenue prof de couture, par égard pour elle, j’ai gardé ma précieuse expérience pour moi, je ne l’ai pas partagée pour une raison très bête. Je ne voulais pas lui faire de tort, je ne voulais pas que mes élèves lui fassent concurrence dans les domaines que j’avais développés. Je réalise avec le temps que c’était étriqué comme vision des choses et pas du tout réaliste, parce qu’il y a de la place pour tout le monde, en réalité. Mais je voyais les choses comme ça à l’époque…

Aujourd’hui, elle a choisi une autre voie professionnelle et je me sens libre de divulguer, de partager au monde entier le fruit de cette expérience que j’ai eue. C’est une expérience artisanale en tant que couturière, oui, mais pas que, parce qu’aujourd’hui encore dans mon activité actuelle, je mets en pratique et fais évoluer ce que j’ai appris. On ne finit jamais d’apprendre.

En reprenant mon SIRET pour donner des cours de couture, je ne suis pas repartie de zéro comme en 2005, oh que non. Je n’ai pas passé des mois à galérer avant de me faire connaître, de vendre mes premiers produits, mes premiers cours, de savoir comment gérer au mieux mes relations clientèles, un réseau, de calculer mes prix de vente, etc, etc. Non, parce que tout ça, je l’ai appris, à la force de mon expérience.

Et c’est pour ça qu’aujourd’hui, je suis fière et surtout très heureuse de pouvoir le partager à vous qui aimeriez vous lancer dans la vente de vos confections, mais ne savez pas trop comment vous y prendre, qui n’avez personne pour vous conseiller de manière réfléchie et bienveillante. A vous aussi qui vous êtes déjà lancé(e) et qui galérez, qui avez l’impression de tourner en rond, de ne pas avancer. Et à vous qui avez peur de devoir arrêter si ça continue comme ça parce que vous ne dégagez pas assez de revenus pour en vivre, je la connais, votre peur, j’ai vécu avec pendant des années, quel stress…

J’ai mis trois mois à le rédiger, ce programme, mais il contient mes 13 années d’expérience d’entrepreneur jusqu’à aujourd’hui. Je n’ai rien dissimulé, tout donné et continuerai à le faire en le mettant à jour au fur et à mesure de mes apprentissages (on apprend toujours, souvenez-vous), en répondant à vos questions aussi, évidemment, au profit de tous les apprenants.

J’ai fait deux programmes similaires avec des particularités pour les créatrices bébé/enfant et celles de la confection adulte. Du coup, j’ai fait un mix des deux dans un troisième programme où tout est compris, comme ça, vous choisissez ce qui vous convient le mieux.

Voilà, c’était le pourquoi du comment de ces premiers programmes destinés aux pros.

La date de lancement est fixée

au 10 février 2019,

restez connecté(e) 😉


5 réflexions sur “Vendre ses créations textiles

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.