Une journée en cours de couture : partage de vécu

Hier, c’était mercredi. Et comme tous les mercredis, à la maison, c’est cours de couture en live :).

Hier, la journée a commencé avec Carole, dès 8h du matin, motivées, à fond ! Au programme, monter et terminer une robe pour sa fille. Tout était coupé, impeccable, aucun doute, on allait tenir les délais en deux heures, évidemment.

Evidemment…. J’aurais mieux fait de me taire. J’aurais mieux fait de considérer que le vêtement en question avait été fait d’après le patron d’une revue que je ne nommerai pas (je ne veux pas d’ennui avec la police, hem…), mais dont je me souviens fort bien, grmblblbl !!!

Pour la première fois en 3 ans de cours, Carole m’a vue m’agacer, hier parce que j’ai vite compris qu’on ne tiendrait pas le délai promis. Parce que ce fichu patron était complètement faux et qu’on allait devoir défaire ce qu’on avait piqué en toute confiance et retailler des morceaux dans le tissu qu’heureusement elle avait en trop, moi, me jurant que c’était la dernière fois et qu’on ne m’y reprendrait plus, comme le corbeau avec son fromage…

Source photo : iletaitunehistoire.com

Mais combien de fois ça m’est arrivé ?? Je ne les compte même plus ! Et pourquoi je continue à faire confiance à ces satanés bouquins alors que je sais pertinemment que très souvent, trop souvent, il y a des erreurs dedans ? Hein, pourquoi ? Et comment peuvent-ils vendre des bouquins avec des erreurs pareilles, hein ? Personne ne vérifie ou quoi ??

Parce que j’ai envie de faire plaisir à mes élèves qui arrivent avec le bouquin fraîchement acheté, parfois à prix d’or, et un modèle sur lequel elles ont craqué. Parce qu’au lieu d’imposer l’utilisation de ma méthode, je les écoute quand elles me disent que non, non, pas de souci, on ne va pas perdre de temps à créer un patron puisqu’il y en a un fourni.

Et au final, la perte de temps, où est-elle ? Dans le fait de faire confiance à ces revues.

Alors voilà, hier, on a tout démonté, refait le patron des poches et des bandes qui les entourent et Carole est repartie sans sa robe terminée… C’est pas grave, me dit-elle. OK, il n’y a pas mort d’homme, je suis d’accord, mais pour moi, c’est suffisamment « grave » pour que je n’aie plus jamais envie d’accompagner de tels projets. Maintenant, on fera autrement.

Faire son patron de base avec ma méthode prend quoi ? Une heure, deux ? Eh bien on prendra le temps de le faire. Et à partir de là, tout découlera au fur et à mesure, tous les modèles qu’on veut, y compris ceux qu’on repère sur les revues. Une simple photo suffit, un croquis même, une idée. Et voilà, là on saura où on va, ce qu’on fait, pourquoi et ça marchera. Point.

Bon… A 10 h, c’était au tour d’Eva d’entrer en scène ;). Au programme, un doudou pour une petite Elie qui est née dans la même ville que moi, quelque part dans le Jura :). Cette fois, pas de patron, une simple photo pour s’inspirer. On a fait le patron et voilà le résultat :

Quelle joie ! La satisfaction du travail bien fait et un résultat tip top et en plus avec pas mal de tissu de récup’, j’adore !

Enfin, l’après-midi, Laurie et Anaïs ont pris le relais à la machine et ont réalisé des ouvrages pour Noël. Anaïs a fait une nappe et Laurie pas moins de 12 petits pochons à offrir en cadeau. Wow !! Je n’ai pas fait de photo, c’est bête, je ne pensais pas écrire cet article aujourd’hui ;).

Hier, c’était mercredi. Et comme tous les mercredis, à la maison, c’était cours de couture en live ;).


2 réflexions sur “Une journée en cours de couture : partage de vécu

  1. Je ne crois pas être capable de faire ce que tu fais. Franchement, je t’admire encore! Je pense que c’est mieux de t’imposer, d’imposer ton avis parce que les clients ne sont pas spécialistes en la matière. Et leur démarche devrait être l’apprentissage de la méthode, ta méthode de création. Je sais, c’est délicat, très délicat. Tout le monde croit connaître tout : la politique, l’éducation…la couture, à l’occurence et insiste sur ses idées fixes au lieu de s’ouvrir aux idées des autres et d’apprendre. Dommage. Et agaçant un peu.

    J'aime

    1. Merci pour ton commentaire, le fait est que j’ai commencé à donner des cours de couture avant de créer la méthode en ligne, de réfléchir à la manière d’enseigner ce que j’avais créé pour moi. Donc je me trouve encore un peu dans une période de transition et ai accompagné nombre de projets d’après des revues et patrons, ce qui a d’ailleurs contribué au fait que je mette ma méthode en ligne, à force de rencontrer tant et tant de soucis, ha ha ha !
      Maintenant qu’elle est construite, même si encore en cours de création pour plusieurs modules (j’ai tout en tête puisque je l’applique pour moi), je commence à l’imposer doucement. En tout cas de manière directe pour les nouvelles élèves, c’est clair. Pour les anciennes, on s’adapte, mais force est de constater qu’elles y viennent naturellement, au fil des ouvrages de manière logique ;). C’est pour moi une nouvelle « preuve » du bien fondé de la méthode, bien heureuse je suis :).

      Aimé par 1 personne

Répondre à coubrfr Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.